lundi 2 mars 2015

Les vertus de l'oignon



 



Anti-cancer, bon pour la circulation sanguine, anti-diabète... Très apprécié de nos grands-mères, l’oignon est l'allié incontournable de votre santé. Voici comment profiter de ses vertus, sans pour autant avoir mauvaise haleine !

Des vertus contre les cancers digestifs
L’oignon a des effets préventifs reconnus contre certains cancers et pourrait même freiner la progression des cellules cancéreuses.
D’après plusieurs études 1 et 2, l’oignon aurait un effet protecteur contre les cancer de l’estomac et du tube digestif. On le soupçonne également d’avoir les mêmes effets sur d’autres cancers comme ceux du larynx, de l'œsophage ou de la prostate, même si les résultats sont plus incertains.

D'où viennent les vertus de l'oignon contre les cancers ? 
C’est aux anti-oxydants qu’il contient (anthocyanines et quercétine) que l’on attribue l’effet anti cancer de l’oignon.
D’autre part, une étude française, réalisée sur des rats atteints de cancer, a démontré que l’extrait d’oignon pouvait réduire la prolifération des cellules cancéreuses. En plus de l’effet préventif, l’oignon pourrait aussi avoir un effet curatif. Des études sont encore en cours pour déterminer les tenants et les aboutissants de ces hypothèses.
 


Comment le consommer ? 
Difficile de consommer de l'oignon en grande quantité, c'est un accompagnement fort en goût. Pour optimiser ses atouts santé :
- Sachez que les oignons blancs contiennent moins d’anti-oxydants que les variétés rouges et jaunes.
- Consommez-le avec d’autres denrées réputées également riches en anti-oxydants : fruits et légumes colorés principalement.
- Intégrez-le à votre alimentation quotidienne, cru ou cuit, mais veillez à ne pas le cuisiner avec trop de matières grasses.



Des vertus pour les artères ?
Bien que moins puissant que l’ail, l'oignon contient des anti-agrégants plaquettaires naturels, ce qui signifie qu’il aide le sang à mieux circuler.
Une étude britannique a observé un échantillon de sujets consommant quotidiennement une soupe à l’oignon. Elle a conclu que l’agrégation plaquettaire était diminuée. Les résultats des études sont contradictoires et leur majeure partie a été réalisée in vitro ou sur l’animal, mais les travaux sont encourageants !


D'où viennent les vertus anti-agrégantes supposées de l'oignon ?  
Ces effets seraient dus à l’action cumulée de ses anti-oxydants et des composés sulfurés ce sont eux qui piquent les yeux ! Comme l’explique le Dr Arnauld Cocaul, médecin nutritionniste, “l’oignon contient aussi des omégas 3 qui réduisent le cholestérol, et du potassium, qui élimine l’excès de sel dans l’organisme, ce qui contribue à protéger le cœur et les artères !”


Comment le consommer ? 
Si l'on conseillait autrefois de “croquer dans un oignon au petit déjeuner”, ce n'est plus tout à fait d'usage. Mais vous pouvez en agrémenter vos plats et salades au quotidien. Consommez-le de préférence cru, pour conserver la majorité de ses anti-oxydants.



L’oignon a des vertus contre le diabète
L’oignon pourrait être un bon aliment pour les diabétiques. On conseille parfois de ne pas trop en consommer, car il a un taux important de glucides. Mais l’oignon pourrait aider à réduire le taux de triglycérides dans le sang, effet particulièrement intéressant lorsque l’insuline ne fait pas son travail en particulier chez les personnes en surpoids.

D'où viendraient les vertus de l'oignon contre le diabète ? 
L’oignon tiendrait ses effets d’une substance appelée glucokinine. Il existe plusieurs hypothèses. Pour certains scientifiques, elle réduit le taux de sucre dans le sang. Pour d'autres, elle stimule le pancréas, qui produit les substances nécessaires à la régulation du taux de glucose.
Parallèlement, les qualités de l’oignon contre les problèmes cardio-vasculaires seraient un atout supplémentaire pour les personnes souffrant de diabète de type 2, particulièrement sensibles à ces pathologies.
  


Oignon est votre allié minceur !
L’oignon est un aliment à intégrer à votre alimentation si vous surveillez votre ligne. En premier lieu, il est chargé de fibres : qu’il soit cru ou cuit, les fibres de l’oignon gonflent dans votre système digestif et réduisent le sentiment de faim.
Il aurait aussi des effets diurétiques permettant une meilleure élimination. Enfin, il pourrait aider à réduire le taux de triglycérides dans le sang. Les triglycérides sont des graisses stockées dans les tissus adipeux : en excès, ils viennent donc s'accumuler dans les fesses, le ventre...


Comment l’utiliser ?
 
Le plus prudent est de demander l’avis de votre médecin. Il sera le plus à même de vous dire si vous devez ou non laisser une place à l’oignon dans votre alimentation et comment le consommer.



Comment le consommer ? 
Blanc, rouge, jaune, cru, ou cuit... Faites-vous plaisir ! A condition de ne pas abuser de la matière grasse.


Des vertus contre le cholestérol
L’oignon a des vertus anti-cholestérol ! "Cette qualité vient des anti-oxydants et des omégas 3 qu’il contient, dont l’effet anti-cholestérol n’est plus à prouver", comme l’explique le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste.

D'où viennent les vertus anti-cholestérol de l'oignon ? 
Il pourrait aider à faire baisser le taux de triglycérides dans le sanggrâce à l'action des Omégas 3. Les triglycérides sont les graisses que le corps utilise comme énergie. On ignore encore le lien de corrélation entre les triglycérides et le cholestérol. On sait néanmoins que “lorsque le niveau de triglycérides augmente, le niveau de bon cholestérol baisse, alors que le mauvais cholestérol se densifie pour devenir plus nocif et participer à boucher les artères”, explique le Dr Cocaul.

Comment le consommer ? 
Pour les anti-oxydants, préférez les oignons rouges ou jaunes, qui en contiennent plus. Vous pouvez les consommer crus en salade, ou cuits, à condition de faire attention au mode de cuisson : trop de matière grasse ne fera aucun bien à votre cholestérol ! Ils restent cependant plus efficaces crus : ils perdent un peu de leurs anti-oxydants à la cuisson.
Aussi, l’oignon n’est pas un alicament bénéfique en tant que tel. Il est bon pour votre santé à condition de le consommer dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée pleine de fruits et de légumes, eux aussi riches en anti-oxydants !



Oignon : un anti-bactérien et anti-inflammatoire ?
De nombreuses recettes de grand-mères préconisent l’oignon comme arme hygiénique... Il aurait des effets anti-bactériens et anti-inflammatoires, protecteurs et curatifs. Une rondelle d’oignon est souvent préconisée sur les furoncles pour en faire sortir l’infection. La sagesse populaire le conseille aussi en traitement des otites, des maux de gorges, ou encore pour soulager les piqures d’insectes...

D'où viendraient ses vertus ? 
Aucune étude scientifique n’étaye ces vertus, mais comme l’explique le Dr Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste, ces bienfaits pourraient être dus aux omégas 3 qu’il contient et aux effet anti-inflammatoires qu’on leur attribue. Ces effets n’ayant pas été prouvés, demandez toujours conseil à votre médecin avant l'utilisation d'un remède de grand-mère.


Comment le consommer ?
Blanc, rouge, jaune... lequel choisir ?

Les oignons blancs : 
Sur les étals d’avril à septembre, il sont récoltés avant leur maturité complète. Ils ne se conservent pas très longtemps mais sont délicieux en salade. Ils contiennent moins d’anti-oxydants que les autres variétés, mais sont riches en fibres. On les trouve aussi de petite taille, il sont alors généralement vendus en botte. Les feuilles vertes sont un gage de fraîcheur. Conservez-les au frais et évitez de les garder plus d’une semaine.


Les oignons jaunes : 
Grand classique du genre, les oignons jaunes sont sur les étals toute l’année et se conservent parfaitement si on les garde au frais et au sec. Les oignons jaunes sont ceux qui conviennent le mieux à la cuisson et qui sont le plus indigestes si vous les consommez crus. Plus ou moins gros, il en existe plusieurs variétés plus ou moins adaptées à ce que vous voudrez cuisiner. N’hésitez pas à demander conseil à votre maraîcher.

Les oignons rouges : 
Normalement disponibles au printemps, on peut aujourd’hui en trouver toute l’année sur les étals grâce à l’importation. Les oignons rouges sont les plus riches en anti-oxydants, préférez donc les consommer crus pour en tirer le meilleur parti. De fait, ils sont plus fades et moins sucrés que les oignons jaunes une fois cuits.


Gare à la digestion...
L’oignon peut parfois poser des problèmes de digestion Parmi les effets indésirables identifiés : les ballonnement, les douleurs abdominales, les troubles du transit et les flatulences.
L’oignon est un aliment dit fermentescible, ce qui signifie que sa digestion peut déclencher un processus de fermentation qui perturbe le transit des personnes sensibles (syndrome de l'intestin irritable).
La tolérance de l’oignon reste un facteur individuel. Il vous faut donc voir quel est votre seuil de tolérance. Ne vous privez pas pour autant ! Veillez simplement à votre consommation si vous savez que l’oignon vous sera difficile à digérer. Si vous observez des effets digestifs indésirables, essayer de diminuer votre consommation ou de changer de variété. Aussi, les oignons se digèrent plus facilement cuits que crus.



Astuce pour ne plus pleurer quand vous lavez des oignons
Pourquoi l’oignon nous fait-il pleurer ? 
Lorsqu’on le coupe, ses cellules libèrent une enzyme que l’on appelle alliinase. Une réaction chimique se produit alors au contact de l’air et l’enzyme se transforme en un gaz très volatil. Cette substance sulfurée se transforme, au contact du liquide lacrymal, en acide sulfurique à très faible dose. C’est cet acide, très irritant, qui nous brûle les yeux et c’est pour s’en défendre que notre organisme sécrète plus de larmes.


Comment faire.
- Vous pouvez faire un sort à votre oignon sous l’eau : ainsi les substances restent dans l’eau et n’arrivent pas jusqu’à vos yeux. 
- Vous pouvez aussi essayer de mettre l’oignon au congélateur quelques minutes avant de le découper : le froid freine la réaction enzymatique et laisse un petit sursis à vos larmes !
- Ou, si vous n’avez pas peur du ridicule, vous pouvez utiliser des lunettes de piscine. Mais méfiez vous, aérez la pièce, car les substances sont volatiles et pourraient bien vous surprendre une fois que vous aurez enlevé vos lunettes !
Enfin, pour le hacher, agissez rapidement et optez pour une lame lisse et bien tranchante : cela évite de déchirer les cellules de l’oignon et diminue la quantité de substance libérée.


Dans le futur : 
En 2008, un biologiste néo-zélandais annonçait qu’il était à deux doigts de créer une espèce d’oignons qui ne feraient pas pleurer, Mais cet oignon magique n’est pas encore sur le marché...


Comment garder une haleine fraîche ?
On réfléchit souvent à deux fois avant de consommer des oignons crus, même quand on aime beaucoup ça.
Une fois le repas fini, il est difficile de faire oublier qu'on en a mangé : l’oignon donne mauvaise haleine.
Il est cependant facile de contrer ces effets. Pour cela, il suffit de garder en mémoire les aliments qui vous aideront à vous débarrasser des substances sulfurées responsables de la mauvaise haleine. Persil, banane et kiwi en font partie.
Après avoir mangé de l’ail ou de l’oignon, mâchez un peu de persil frais : efficacité garantie.
Sources
Remerciements au Docteur Arnaud Cocaul pour sa patiente, sa disponibilité, son expertise et sa sympathie.
Les Aliments Qui Guérissent, Sophie Lacoste, Leduc Editions, 2008
Ma Pharmacie Naturelle, Dr Yves Donadieu, Robert Laffont, 2008
Les 100 Meilleurs Aliments pour Votre Santé et pour la Planète, Dr Laurent Chevalier, Fayard 2009



Enregistrer un commentaire